Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2022

42 Le diktat

42 Le diktat

 

   

    Bientôt, on vit les conquérants ailés patrouiller dans la grise étroitesse du ciel citadin. Alors, leurs circonvolutions tracèrent le signe d’une menace que l’homme ne fixa plus sans soupçonner d’être à son tour devenu proie potentielle. La crainte, pourtant, s’avéra prématurée. La faim,   l’éternelle, l’irrésistible faim aiguisa leurs instincts de tueurs et leur fit choisir les plus vulnérables des victimes.

    Le gardien du Parc se demanda ce que cherchaient ces nuées de rapaces, au-dessus des enclos. Dans l’étroite cervelle, les animaux prisonniers n’étaient que des objets de collection, exposés là pour le plaisir des visiteurs, mais certainement pas comestibles, en fait aussi peu mangeables que les chiens et les chats du quartier. Des chanteurs, forcés au silence par la terreur, se cachaient-ils sous les feuillages ? L’extermination n’avait-elle pas été totale ?

    C’était étrange, de voir ces centaines, ces milliers de rapaces planer, tournoyer, se balancer au gré du vent, plonger comme pour atteindre le sol, puis fuser vers le ciel sans avoir capturé la moindre bestiole         . On eût dit qu’ils se retenaient, ou qu’une sorte de dieu des rapaces les freinait, les tenait en bride, pour agrandir leur insondable appétit, ce gouffre où les chairs se confondent sans espoir de résurrection.

    « Mais… ma parole, ils s’attaquent à mes poules ! »

    Ce n’étaient pas « ses » poules, mais celles du Parc, mais le gardien qui les soignait journellement avait fini par les étiqueter comme siennes. L’homme s’arma d’un râteau, partit en courant vers le poulailler, l’ouvrit à la volée, y bondit, moulina comme un forcené, le manche bien serré dans les poings, les piques d’acier dirigées vers le haut, sans réussir à frapper l’ennemi.

    « Ah, les vauriens, ils en ont pris plusieurs ! Partez ! Foutez le camp d’ici, nom d’un chien ! »

    Il dut reculer, tourner bride, s’enfuir; les rapaces furent des dizaines à tournoyer au-dessus de sa tête, à piquer vers lui, à le frôler, manifestement plus pour l’impressionner que l’attaquer réellement, mais la menace ne devait pas être ignorée.

    « Pas croyable, ce culot ! Mais en voilà d’autres, et d’autres encore ! Partout à la fois ! Ma parole, ils vont s’attaquer aux cervidés ! Rien ne leur fait peur ! »

    Courant de ci, de là, l’homme appela les jardiniers à l’aide, supplia les passants de se joindre à eux, brailla en direction des fenêtres des maisons alignées autour du Parc. A cet instant, la benne à ordures passa le long des grilles. La voix de Pedro Hazacan se fit entendre, et le gardien la reconnut.

    « Pedro, vite, arrive avec tes copains, viens m’aider, je n’y arriverai pas seul, ils vont bouffer tous mes animaux, tenez, je vous donne des outils, faut se défendre contre ces bandits ! »

    Pedro, chauffeur de la benne, et les deux éboueurs, accoururent, suants, portant l’odeur de décomposition organique caractéristique de leur métier, comme la prostituée son parfum, comme le chevalier son panache.   Les quatre jardiniers s’allièrent à eux, et tous étaient des gaillards peu habitués à se laisser monter sur les pieds, ou encore moins picorer le cuir chevelu, maême par des rapaces. Dans la cabane pleine d’outils, les défenseurs des pensionnaires du Parc s’armèrent  de tout ce qui pouvait blesser, mais ni les pelles, ni les râteaux, ni les fourches ou les pioches n’impressionnèrent les rapaces.

    Pour chaque nouveau combattant humain, les agresseurs semblèrent se multiplier, par dix, par cent, par mille. Des nuages d’ailes brunes, grises, blanches ou noires obscurcirent le ciel. Des faisceaux de becs claquaient, des foisons de serres frôlaient leurs visages épouvantés. Passants et voisins se gardèrent bien de participer à l’échauffourée.

    Les sauveteurs impuissants couraient d’un enclos à l’autre, les ouvraient pour donner aux animaux une chance de fuite, s’agitaient en tous sens, touchaient rarement l’un des agresseurs, et, s’ils y parvenaient, la blessure n’était que légère, le rapace s’écartait de la lutte et se réfugiait sur la cime d’un arbre, d’où il appelait ses comparses à le venger. Les quelques tueurs frappés à mort servirent aussitôt de proies.

    Sauf les ours et les lions, que leur force protégeait même du plus téméraire des assauts, tous les animaux succombèrent : les daims et les chèvres, les biches et le cerf, le phoque et le muflon. Partout, dans les jardins et les basse-cours de la banlieue, ce furent les mêmes carnages : poules et lapins, oies et canards et dindons, tout ce qui portait poil ou plume fut transpercé, égorgé, dévoré, souvent sur place, comme pour infliger l’horreur du spectacle aux propriétaires impuissants à à défendre leur cheptel. Les quelques audacieux qui le tentèrent durent se résoudre à la fuite. Rien ni personne ne pouvait résister à un tel déploiement de férocité.

    Les charognards s’empressèrent, dès que les seigneurs eurent satisfait leur fringale, de parachever l’œuvre destructrice.

    Le soir de cette néfaste journée, dans tous les foyers, il ne fut pas question d’autre chose. Les adultes regrettèrent surtout la perte de viande, les enfants celle de compagnons de jeux, tels les lapins, ou de volatiles qu’ils se plaisaient à observer, ou même dont ils admiraient le plumage, allant parfois jusqu’à collectionner les plumes tombées pour se confectionner des coiffures d’Indiens.

    Ceux qui ne possédaient pasde basse-cour,  et n’avaient donc rien perdu dans le massacre, se lamentèrent à propos des bêtes du Parc. Ce qui les chagrinait, ce n’était pas que les pensionnaires contraints aient tous péri, mais qu’il faudrait les remplacer, lorsque les rapaces auraient quitté la ville, pour se réinstaller dans et sur le Castillo de los Aguilas et le Torreon de las Tormentas, car de cela, personne ne doutait : les rapaces partiraient.

    Les jours suivants, l’air fut saturé de poussière sanglante, mêlée de plumes bariolées, de poils gris, marron, blancs ou noirs, dénonciation visible et suffocante des forfaits qui, dans Santa Soledad, avaient annulé l’existence animale, à l’exception de celle des chiens et chats, proies beaucoup moins vulnérables, et de celle, ténébreuse et grouillante, des rats. Aux trop sensibles bambins qui pleuraient le martyre des animaux, les adultes promirent qu’ils renouvelleraient la population du Parc et des basses-cours, dès que les prédateurs aux serres meurtrières se seraient envolés de Santa Soledad, vers des contrées inconnues, où ils iraient poursuivre l’œuvre, atroce parfois mais toujours nécessaire, d’élimination des chanteurs perturbateurs.

    Ne fallait-il pas plutôt se réjouir du fait que, depuis le trépas des dérangeurs écervelés, les gens profitaient d’un repos véritablement réparateur, si nécessaire à l’efficacité quotidienne ? Des esprits jugés  pessimistes  objectèrent que l’on ne pourrait pas refouler les exterminateurs vers les limbes infernaux, où des gens irresponsables étaient allés quérir leur maléfique intervention. En germe, le pire était contenu dans le ventre de l’avenir, fœtus grimaçant, difforme myrmidon… On taxa les pisse-froid d’alarmisme et l’avertissement fut rejeté comme le symptôme supplémentaire d’un goût pervers pour le catastrophisme. 

    Soucieux de ne négliger aucune précaution, Augusto Valle y Monte délégua le clochard ornithologue interprète, Steve Birdwatcher, auprès des rapaces, afin de leur signifier clairement que leur présence à Santa Soledad n’était plus désirable, ni désirée. Une heure entière, le polyglotte parlementa avec les nouveaux venus. Après quoi, tête basse, il revint vers l’Hôtel de Ville, où il dut annoncer le refus injurieux que les chefs, avec la morgue de la force sûre d’elle-même, lui avaient asséné.

    Les occupants se serviraient de Santa Soledad comme d’une base pour chasser dans la campagne environnante. Bien que cette réponse ne fût qu’à demi satisfaisante, le Comité d’Assainissement  Public déclara que la communauté reconnaissante offrirait encore quelque temps aux libérateurs l’hospitalité. Afin que régnât la concorde, chacun, hommes sur la terre et rapaces dans les airs, vaquerait à ses occupations, en évitant de s’immiscer dans les affaires du clan voisin. 

    Par une claire et tiède matinée, Mark Mywords se présenta devant la porte de l’archevêché.

    « Monseigneur a demandé à me rencontrer, annonça-t-il au portier, en lui montrant la lettre estampillée. L’homme examina minutieusement le document, s’assura de son authenticité, puis appuya sur un bouton rouge, situé sur un panneau électronique où clignotaient de petites lumières aux diverses couleurs. Ni le portier, ni Mark, n’entendirent la sonnerie, qui se déclencha beaucoup plus loin et plus haut dans le palais. Deux minutes plus tard, le nouveau secrétaire de Monseigneur arriva, sévère et rigide dans  sa soutane noire, qui semblait le porter comme un nuage annonciateur d’orage.

    « Veuillez me suivre, Monsieur, invita-t-il courtoisement l’écrivain. »

    Mark Mywords suivit son guide, qui arpentait les salles aux lambris dorés, hautes de plafond,   et les couloirs aux détours capricieux,  à longues enjambées. Le visiteur était ponctuel, et l’archevêque prisait hautement la ponctualité. Après quelques minutes d’un parcours, imprévisible et sinueux pour le nouveau venu, l’abbé toqua contre la porte, au milieu de laquelle, gravés sur une plaque de cuivre, on lisait les mots :

    « Bureau de Monseigneur ».

    Au cours de la déambulation, rares avaient été les plaques exposant l’usage de la pièce correspondante           . Ils entrèrent, après dûe permission.

    Angel Pesar de la Cruz s’avança vers l’auteur. Pour l’occasion, il n’avait pas revêtu d’ornements qui eussent pu rappeler de façon trop ostentatoire le sacerdoce. Le prélat s’en tenait à la sobriété, sanglé dans le costume gris anthracite, sur le fond duquel la chemise blanche apposait une éclaboussure de lumière, que partageait en deux moitiés la cravate noire. La croix d’argent luisait au revers de la veste, du côté droit.

    « Soyez le bienvenue, M. Mark Mywords. »

    Ce faisant, il tendit la main à la célébrité littéraire. Les deux mains s’étreignirent avec fermeté, les deux regards se rencontrèrent et chacun examina l’autre, comme pour jauger la force d’un possible adversaire, mais aussi la fiabilité d’un éventuel associé.

    « Monseigneur, vous me voyez très honoré de vous rencontrer. Je ne sais si je saurai me montrer à la hauteur de ce que vous attendez de moi.

    - D’après les renseignements que l’on m’a fournis, mon fils, vous êtes grand connaisseur de la langue des Maztayakaw, de laquelle je ne possède que des rudiments. J’ai bien essayé, seul, de traduire les tablettes de la prophétie, car les divergences et les contradictions entre les différentes traductions m’embarrassent quelque peu. Pourriez-vous m’aider, je vous en prie, à élucider les points litigieux ?

    - Volontiers, Monseigneur, avec plaisir. Je suis à votre disposition, et d’autant plus facilement depuis que mon séjour à Santa Soledad se prolonge et ne paraît plus autant déplaire à Monsieur le Commissaire.

    - J’en suis fort aise pour vous, mais veuillez vous asseoir. Avez-vous apporté le résultat de vos recherches ? Pouvons-nous le comparer avec ce que j’ai moi-même trouvé ? »

    Deux heures plus tard, l’écrivain prenait congé de l’archevêque. L’impression avait été excellente de part et d’autre. Ils se séparèrent en se disant que, s’ils ne suivaient pas le même chemin, ils cherchaient le même but, qui s’appelle « lumière » ou « vérité ». Le clerc mettrait une majuscule au début de ces deux mots, tandis que Mark Mywords se contenterait de la minuscule, mais la différence orthographique ne méritait pas un débat passionné.    

    A l’extérieur de la ville, le gouffre avait encore grandi, s’était élargi et approfondi, mais bien des kilomètres le séparaient encore des zones industrielles, situées à la périphérie. Le péril n’était pas pressant. Quotidienne, l’existence continuerait.

      

12/09/2022

41 Extermination

41 Extermination

 

 

    En masses rapides, des quatre points cardinaux, les rapaces affluèrent ; dans el Castillo de los Aguilas, ils se rassemblèrent ; les plus forts et les plus puissants occupèrent el Torreon de las Tormentas. Leurs vols furent si nombreux, si fournis, si continus, qu’ils formèrent un énorme nuage, à travers lequel, une heure entière, le soleil ne parvint guère à percer.

    L’on identifia, grâce à des jumelles et dans le désordre alphabétique :vautours et urubus, spizaètes et serpentaires, sacoramphes et pygargues, percnoptères et orfraies, lanerets et milans, hobereaus et harpies, gypaétes et griffons, gerfauts et faucons, éperviers et émerillons, crécerelles et condors, circaètes et buses, balbuzards et autours, alérions et aigles, pour ne citer que les plus remarquables.  

    Ceux-ci venant du Nord, ceux-là venant du Sud, les uns de l’Ouest, les autres de l’Est, par dizaines, par centaines, par milliers, des kyrielles et des myriades d’ailes féroces battant le rythme barbare, ils emplirent l’atmosphère d’innombrables claquements. Vol ample, serre acérée, bec vorace et, nichée au creux du ventre, tel l’ulcère, l’impérieuse, l’incurable faim…

    L’armée de dissuasion arriva par une matinée dominicale. Les laborieux se reposaient lorsque, sur un ordre de l’état-major, les escadrilles s’envolèrent depuis el Castillo de los Aguilas. De leurs fenêtres, les spectateurs virent tout. Vers les toits ils plongèrent. Dissimuler leur approche, réprimer les cris de guerre, ils ne le jugèrent pas utile, sûrs qu’ils étaient qu’un seul d’entre eux vaudrait cent adversaires.

   Annoncé par des prophètes que trop peu d’oreilles avaient bien voulu écouter, l’anéantissement advint. Les seigneurs de l’air se saisirent, dans Santa Soledad, de tout ce qui portait plumage. Même les canards, les cygnes et les poules du Parc ne furent pas épargnés. Parce que prononcé en un lieu tenu secret, par de sombres assemblées qui n’avaient pas convoqué les accusés, la condamnation fut sans appel, l’exécution de la sentence sommaire et finale.

    Lorsque les rapaces eurent achevé de pourchasser et massacrer les indésirables, sur le faîte des toits et la cime des arbres, pour la nuit, repus, ils se perchèrent. On ne douta pas que, dès l’aube, ils repartiraient. Le contrat ne stipulait-il pas expressément que le séjour des nettoyeurs ne devait être que temporaire ? Certes, ils n’avaient pas respecté la première clause, en vertu de laquelle ils eussent dû seulement effrayer les chanteurs, mais cela ne signifiait pas qu’ils rompraient toutes les promesses.

    Rien n’est moins sûr, affirmèrent quelques rabat-joie. Les autres habitants répliquèrent que Santa Soledad allait revivre, puisque la trêve du sommeil était de nouveau accordée. Les habitants pouvaient-ils décemment refuser l’hospitalité à ceux qu’il fallait bien nommer « libérateurs » ? Les premiers répliquèrent aux seconds que les « envahisseurs » n’avaient pas été invités à passer la nuitée à l’intérieur de la Cuidad. Ils s’étaient imposés, sans le moindre savoir-vivre. L’on avait introduit l’aigle dans la volière. Qui affirmerait, sans crainte d’erreur, que de leur plein gré, vers d’autres aires, les rapaces s’envoleraient ? Et si les conquérants allaient refuser de quitter les lieux, qui oserait les en déloger ? Qui en aurait la force ? Enfin, le ciel de Santa Soledad se peuplerait-il jamais de nouvelles colonies d’oiseaux inoffensifs, de ces volatiles chanteurs qui dorment la nuit ? La peur ne les écarterait-elle pas définitivement de la cité ?

    A la minorité stupidement alarmiste, la majorité opposa que la perte serait sans conséquence, puisqu’il existait d’autres  colonies de braillards, qui suffiraient amplement à renouveler la race. Quant aux exterminateurs, pour cette nuit et cette nuit seulement, ils se reposeraient dans Santa Soledad, avant d’aller accomplir ailleurs la tâche sanitaire. La tumeur esthétique, éradiquée ici, n’allait-elle pas réapparaître en d’autres villes, avec une subversive spontanéité, comme une poussée de champignons vénéneux, contaminant des communautés sérieuses et laborieuses ? Non, décidément, il eût été inhumain, même s’agissant de rapaces, d’expulser ceux qui leur avaient rendu cet insigne service.

    Quant à cette grotesque fantasmagorie d’artistes réincarnés sous forme de volatiles, nul ne pouvait plus y croire. Comment expliquer que des oiseaux srunaturels se fussent laissés si facilement détruire ? N’eussent-ils pas dû bénéficier d’une protection divine ? Ces arguments parurent si raisonnables que la plupart des gens s’alignèrent sur le plus conformiste des avis. Enfin, les travailleurs dormirent profondément, sans remords ni cauchemars, sans somnifères ni boulettes de cire dans le conduit auditif, sur l’oreille droite ou sur la gauche, selon le côté qui leur était habituel, puisque dormir sur ses deux oreilles n’est qu’une expression stupide.                            

    Le lendemain, personne ne comprit quel motif, en apparence plus fort que l’instinct, conduisit les rapaces à installer leurs aires ou nids dans les arbres et sur les toits, comme si leur séjour parmi les humains devait se prolonger. De nomades invités, les oiseaux carnivores désiraient-ils donc vraiment se muer en résidents de la ville ?   Leur immense et sauvage appétit se contenterait-il des souris et mulots qui trottinaient dans le Parc ct les jardins ? Quant aux rats, proies plus dodues, ils ne montraient guère les moustaches avant le crépuscule. Dans le dédale des égouts, ils avaient organisé leur empire et, sagement, s’y cantonnaient.

    Songeur,  vaguement désorienté, Angel Pesar de la Cruz observa le phénomène depuis les  fenêtres de l’archevêché. Monseigneur était troublé, chose qui ne lui était pas habituelle. Sa vie durant, la Foi, la seule véritable, avait éclairé son chemin. Rarement, le doute l’avait effleuré, au cours de sa jeunesse, mais il avait su vite écarter ces ombres portées sur la lumière de la Grâce. L’obscurcissement n’avait été que très partiel et bref. L’ambition d’Angel Pesar de la Cruz n’était pas personnelle, mais apostolique. Elle concernait l’humanité, quelle que fût sa couleur, son sexe ou son âge. Lui-même se considérait comme le serviteur, que seule l’humble fidélité pouvait distinguer.

   Or, la vue des rapaces élisant domicile à Santa Soledad, même si de façon temporaire, cela contredisait les bases même de sa vie. Le Seigneur n’avait-il pas ordonné les  choses de telle manière que les animaux sauvages vivraient dans la nature, et les hommes dans les villes ? Même provisoire, le séjour des rapaces à Santa Soledad rompait, pire : violait l’ordre naturel. Oui, les hommes avaient voulu cette infraction et cette rupture, parce que l’intérêt momentané leur avait dicté cette conduite paradoxale. Le libre arbitre en avait décidé ainsi. Honnêtement, lucidement, l’archevêque s’avoua qu’il ne s’était pas opposé à l’idée d’Augusto Valle y Monte. Le contagieux enthousiasme avait gagné tous les membres du Comité d’Assainissement Public, et Monseigneur s’était laissé emporter par ce courant, qui n’était pas moins torrentueux que celui du Rio Sangriento. Le prélat se reprocha l’excessive hâte de la réunion, hâte que seule pouvait justifier l’excessive fatigue.

    Les folles paroles de Domingo Malaespina résonnaient encore pour lui, colportées par les échos sous la haute voûte de la cathédrale Santa Trinidad de los Castigos, comme si chaque pilier les projetait jusqu’au pilier suivant. Paroles de la folie, indiscutablement, discours nourri de délire, mais comment ne pas éprouver du malaise à voir se réaliser l’un des tableaux de la prophétie ?

    Oui, les Maztayakaw revenaient à Santa Soledad. Leurs hallucinations avaietn parlé, à travers la personne du jeune prêtre homosexuel et probablement pédophile. Penser les deux termes cliniques tourmentait Monseigneur. Ces mots n’appartenaient pas à son vocabulaire courant que, par exemple, « prolétariat » et « lutte des classes », car il se méfiait autant du freudisme que du marxisme. Cependant, les honteux, les déshonorants substantifs s’imposaient, en ces circonstances. Adoucir l’expression eût été sordide hypocrisie. Par écrit, dans le rapport adressé au Saint Siège, des circonlocutions étaient préférables, mais la pensée n’était lisible que pour Dieu.

    Oui, la terrible et terrifiante prophétie des Maztayakaw, qu’étudiait cet écrivain étranger, ce Mark Mywords, Monseigneur avait voulu la mieux connaître. Lui aussi était descendu dans les sous-sols de la si peu littéraire bibliothèque de Santa Soledad ; Luis Papelero en personne l’avait accompagné, avec un photographe professionnel. De chaque tablette, ils avaient pris un cliché, dont le photographe avait réalisé des agrandissements. L’archevêque n’avait qu’une connaissance très sommaire de la langue, qui n’était pas moins morte que le peuple. La bibliothèque lui avait prêté l’unique exemplaire de dictionnaire Maztayakaw qu’elle possédait, ceci en vertu d’une faveur spéciale concédée à la personne de Monseigneur.

    « Même le dictionnaire ne compense pas ma méconnaissance de la langue, pensa-t-il »     

    Les traductions existantes se contredisaient mutuellement  sur des points qui n’étaient pas de menus détails. Comment séparer l’exactitude de l’approximation, voire de la déformation, commise sciemment ou non ? Angel Pesar de la Cruz finit par penser :

    « Cela me répugne, mais je commence à me demander si je ne devrais pas solliciter l’aide de cet écrivain, qui semble particulièrement ferré sur ce sujet. L’homme est un mécréant, agnostique ou pire encore, proche de l’animisme ou favorable au retour à des cultes solaires, mais à qui d’autre puis-je m’adresser ? Ni à l’archevêché, ni ailleurs dans la ville, je ne trouverai une personne aussi compétente. »

    Angel Pesar de la Cruz appela son nouveau secrétaire, un prêtre d’âge moyen, bedonnant et presque chauve, à propos duqeul il avait reçu toutes les assurances possibles de conduite chrétienne. Dans une vie de prélat, un scandale suffit.

    Monseigneur dicta la lettre, puis ordonna qu’un factotum la portât immédiatement chez les Casagrande.

    « De plus, il vit en concubinage avec cette violoniste. S’ils doivent demeurer ici, et si nous nous voyons plusieurs fois pour la traduction, il faudra que j’aborde le sujet avec lui. Régulariser leur situation ne leur nuirait pas, au contraire. Oui, la régulariser aux yeux des hommes, mais, beaucoup plus encore : la sanctifier, sous le regard de Dieu. »

01/08/2022

'0 Évasion

40 Evasions

 

   

    « La délégation est revenue du royaume des rapaces. Je l’ai appris par mon ancienne voisine,  Isabel Amapola, qui souffre comme nous de mal et peu dormir, puisque les  oiseaux n’arrêtent plus de chanter, ni le jour, ni la nuit. Qualifier ce phénomène de « surnaturel » n’est, décidément, pas exagéré.  

    La danseuse de flamenco a revu son amant,   Domingo Malaespina. Le prêtre excommunié a réussi à s’échapper, lors du retour à Santa Soledad. Il avait pourtant promis qu’il réintègrerait sa chambre  à l’hôpital, mais la tentation de la liberté a été plus forte que la parole donnée. Je ne peux l’en blâmer. A sa place, Mark ou moi-même, nous aurions agi de même. Le Dr Arturo Curatodo ne décolère pas. Cela, nous le comprenons aussi, puisqu’il a été berné. 

    Hector Escudo n’a certainement pas félicité ses trois employés. Lucas Obreero, Ignacio Ganatiempo et Neil Steelband font grise mine depuis que le prêtre homosexuel leur a faussé compagnie, en sortant par la porte arrière des toilettes d’une station service. Ils auraient dû flairer le stratagème. Il semblerait que Luciano Cazaladrones les a convoqués, pour leur « passer un savon ». S’il était parfumé à l’eau de rose, il devait aussi contenir les épines…

    La communauté des laborieux les rend d’avance responsables des éventuels crimes de pédophilie, que commettrait Domingo Malaespina. Pour notre part, nous ignorons si les accusations portées contre lui sont réellement fondées. Que se passait-il, dans la sacristie ? Et dans les camps de louveteaux, dont il s’occupait ?

    Le fuyard est introuvable. La police est allée fouiller l’appartement d’Isabel Amapola. Ils l’ont aussi mise en garde à vue, pendant vingt-quatre heures, dans la même cellule que des truands notoires, afin de l’humilier.

    « Ils m’ont fait subir toutes sortes d’affronts, m’a confié la danseuse. Je suis sortie de là complètement écoeurée, mais ils n’ont rien pu prouver contre moi. Je ne savais même pas que Domingo voulait s’échapper. Je ne l’ai pas revu depuis qu’il cavale. Non, je n’ai pas la moindre idée de l’endroit où il peut se cacher. »

    Même si l’évasion fait couler beaucoup trop de salive, cela n’est pas l’essentiel. Depuis le début de la crise d’insomnie, les esprits s’échauffent vite et pour peu de chose. On nous présenterait bientôt Domingo Malaespina comme l’ennemi public numéro 1 !

    La principale nouvelle est que Steve Birdwatcher a réussi l’ambassade auprès des rapaces. En résumé, voci ce que « l’interprète clochard ornithologue » a réussi à négocier.   

    Les rapaces se sont engagés   à n’agir que de façon pacifique et dissuasive. Parmi  les laborieux, une minorité sceptique doute de la parole des prédateurs : a-on jamais vu l’un de ces seigneurs de la mort abandonner le terrain sans livrer bataille ? La minorité, nous dit Mark, sera toujours et partout synonyme de « fauteurs de dissidence ». Il n’a pas tort. L’attitude habituelle de la majorité consiste à ne pas écouter la parole de la minorité. Pourquoi le ferait-elle, puisqu’elle a mathématiquement raison ?

    « Voilà le nœud de la plus pernicieuse des aliénations, ajoute Mark.   Nous subissons la loi des nombres. Le principe même de démocratie est dévoyé : l’audimat, le volume des applaudissements, le nombre d’appels téléphoniques, tels sont les critères de popularité. Si l’amuseur ou la chanteuse l’emportent de l’une de ces façons sur leurs concurrents, comme symboliquement portés en triomphe, ils seront nécessairement meilleurs que tous les autres. La supercherie peut être totale, la « belle gueule » ne cache peut-être que le vide d’un esprit en friches, qu’importe ? Seule compte l’apparence. Les média prétendent nous en nourrir. Le mensonge médiatique agit sur la pensée comme la nourriture de la plus basse qualité dans le corps : non seulement, il ne nourrit pas la pensée, mais l’étouffe ou l’empoisonne.  »   

    Nous,     les cinq survivants de la Edad del Sol, partageons ces doutes des laborieux sceptiques. Recourir aux soins militaires de l’étranger, voilà une dangereuse thérapie, à laquelle des peuples imprudents eurent quelquefois  recours, et dont l’effet le plus fréquent était d’occire le malade. »

   

    Les membres du phalanstère sous sa forme réduite s’étaient résignés à dormir avec, dans les conduits des oreilles, de ces petites boules de cire destinées à empêcher la pénétration du bruit, comme le rocher placé à l’entrée de la caverne interdit l’accès des profondeurs à la lumière. Avec une dévotion accrue, les deux couples se livraient aux charmes passionnels de l’amour et cherchaient le sommeil dans la lassitude post érotique. Le doux remède souvent fut efficace. Les œuvres en florissaient

d’autant. 

   Petrov Moskoravin allait chercher dans les bars fréquentés par les dames publiques le soulagement génital que lui refusait sa solitude. Il revoyait Isabel Amapola danser avec l’impétuosité de la gitane qu’il n’était pas, mais, depuis l’internement et la fuite de son seul et véritable amour, la danseuse avait perdu de la brillance. Son sourire s’était terni, sa cadence avait faibli, l’artificialité de son élégance était plus manifeste et plus criarde. Avant la délégation,  le travesti avait cherché par quels moyens il pourrait faire s’évader l’élu de son cœur de femme ratée. Maintenant que le prédicateur maudit se cachait dans Santa Soledad, Isabel Amapola n’avait même plus la consolation de le voir un peu tous les jours, comme lorsqu’elle lui rendait visite à l’hôpital.   

    Le jeune prêtre athlétique était-il ou non fou ? Isabel ne se posait pas même la question. Il fallait qu’il le fût, pour l’aimer au point d’accepter l’horrible, la terrible perspective de la damnation, mais l’essentiel n’était pas là. Que deux êtres aussi totalement différents fussent amants,

cela s’appelait «

miracle ». Rien ni personne ne pouvait leur ôter cette grâce. Même sous sa forme la plus honteuse, la plus définitivement proscrite, l’amour transfigure et  sanctifie ceux qu’il pénètre et investit. Les sociétés codifient l’amour, le normalisent, lui imposent certains chenaux plutôt que d’autres, mais l’amour se rebelle toujours. L’ampleur de la vie dépasse et surpasse la mesquinerie des lois.

    Depuis que son amie violoniste avait conquis Mark Mywords, et réciproquement, Petrov Moskoravin s’était aperçu qu’il aimait la trop belle Elena Mirasol, mais qu’il n’avait jamais voulu en convenir, car la personne qu’il aimait par-dessus tout, c’était sa liberté. Que n’aurait-il donné pour la sacrifier, retracer la route en sens inverse et gagner la musicienne avant l’arrivée du prestigieux écrivain ? Etaient-ils encore libres, dans cette ville de Santa Soledad, où, réduits à n’être plus qu’une ethnie en voie d’extinction, les laborieux les considéraient comme des raretés, ou comme des antiquités que l’on exposerait dans le musée, sous de poussiéreuses vitrines.

    Dans les bordels, Petrov cherchait uniquement des femmes dont l’aspect physique ne lui rappellerait en rien l’inaccessible Elena. Petrov s’était prescrit le pire des remèdes contre l’amour, qui se nomme « fornication ». L’amour le démangeait, comme les tiques tourmentent  le sanglier, en s’inscrustant sous son cuir. Tel le sauvage animal, le compositeur se roulait dans la boue. Les bains de luxure calmaient quelque peu l’extrême irritation de son désir, mais l’inflammation du cœur était inentamée. Surtout, Petrov se demandait combien de temps Mark allait supporter l’atmosphère hostile à l’art de Santa Soledad, quand il repartirait, et si la musicienne avec lui s’en irait. Si le malheur définitif devait lui échoir, demeurer plus longtemps à Santa Soledad n’aurait plus de sens. Mieux vaudrait fuir, tenter encore et toujours de forcer l’aventure hors du ventre du destin, comme l’obstétricien use du forceps, ou même pratique la césarienne, afin d’amener le nourrisson aux aveuglantes vertus de la lumière.